[Chevalier] Mordgivre l'Anathème

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Chevalier] Mordgivre l'Anathème

Message par Mordgivre l'Anathème le Mar 23 Aoû - 19:34

Titre : Chevalier

Nom : Mordgivre

Surnoms : L’Anathème

Classe : Chevalier, runique givre.

Année de naissance : -23 (67 ans)

Lieu d'origine : Gilnéas

Apparence : Worgen pâle de 2m10 (tendance à être plus petit que la moyenne), portant l’armure classique des Chevaliers. Yeux gris (et vides), il est somme toute dans les normes de son espèce et de sa condition.
L’on pourra remarquer, en sa qualité d’humain, une polydactylie non naturelle à la main droite : deux index. Au reste, c’est un barbu distingué aux airs de la vieille mode gilnéenne et aux cheveux grisonnants, tel qu’il était le jour de sa mort.

Signes particuliers : Mordgivre s’identifie aisément par sa présence continuellement polaire : il respire l’hiver, et il semble peu probable qu’on puisse le laisser approcher sans sentir cette présence, ne serait-ce que pour les quelques degrés qui chutent.
Par ailleurs, sa main droite porte d’étranges marque de couture, un peu comme une abomination. Bien que non visible sous sa forme worgen, on lui a cousu un 6ème doigt, ce qui laisse des marques sur la chaire, elles visibles en lycanthrope.

Pouvoirs : Mordgivre s’adonne aux arts de l’hiver et du givre. Glace et engelure, finir à l’usure par congeler un adversaire depuis ses plaies puis le pulvériser. Concentrer un blizzard autour de lui, ou faire d’une couche de glace son armure sont également de son ressort. Et appliquer sur son arme voir même créer des lames de glace sont là ses dernières possibilités.
Il porte des runes à même le corps, et son humeur compte pour beaucoup dans l’intensité de ses talents.
A noter qu’il récolte les os encore vitalisés et les humeurs afin de créer des serviteurs de gèle capable de disposer de leur propre énergie à consumer et de ne pas constamment puiser dans ses réserves. Au besoin, ces petites réserves qu’il tient sur lui peuvent servir de matériel de rechange s’il est blessé (il a sa caisse à outils, quoi !)

Caractère : Mordgivre est « mort » à presque 60ans, ce qui fait de lui un être âgé et réfléchit. Il a le recul et l’intelligence. Néanmoins c’est avant tout et surtout une personne qui parle peu, sociabilise peu, et n’éprouve pas le besoin de s’exprimer tant qu’on ne l’interroge pas.
Son seul « Jeu » est de relever les contradictions qui l’amusent, et de trouver chez les autres ces manies, ces caractères ou ces réactions qui n’ont parfois pas la moindre cohérence et qui définissent selon lui la mortalité et la vie : l’envie de combler un vide infini.
Il s’assume parfaitement bien d’être Chevalier de la Mort, et a retrouvé un calme polaire depuis la Chute d’Arthas, et prend sa mort avec une rare philosophie. C’est un être sage et taciturne qui préfère de beaucoup la solitude ou les compagnies rares. Il se montre discipliné, mesuré, et ne rechigne jamais au travail ni à s’investir. C’est un Chevalier de la mort cynique et logique qui voit en sa mort l’occasion de poursuivre sans s’embarrasser d'un tas de choses qui n’ont plus le moindre sens. On le dit même capable d’humour, mais à grincer des blagues sans jamais rire, et sans avoir l’air de plaisanter, c’est le décalage qui peut faire sourire et non la boutade elle-même.
Il ne parle jamais de son ancienne vie, et dispose vis-à-vis de ça de certaines lubies assez étranges. Ayant appris que sa famille est encore en vie (ce qu’il n’évoque pas spécialement mais qui n’a rien de secret), Mordgivre est parfois pris de certains accès d’enthousiasmes qui le poussent à des actions peu cohérentes, comme siffloter ou même laisser dans Acherus des statues de Givres qui fondent en deux ou trois jours : il s’exprime.

Qualités : Mordgivre est sage, il parle peu, mais le plus souvent, parle bien. C’est une personne fiable ; réfléchie et investie. Si on lui confie quelque chose, il le gardera, si on lui demande quelque chose, il le fera. Son sérieux est rare. Par ailleurs, c’est un Chevalier capable et débrouillard largement au niveau du haut de la moyenne d’Acherus.

Défauts : Mordgivre ne fait aucun effort pour être particulièrement supportable. Il ne calme que rarement son aura polaire, parle peu, laisse planer de lourd regard sous son silence. Par ailleurs, outre le fait de se moquer de son indice social, sa méthode et sa mort le poussent à être perfectionniste, voir acharné.

Histoire : Mordgivre est le fruit d’un accouchement de plusieurs années : la lente agonie d’Anghralf Wells. Son histoire commence dans les années 20, lorsqu’Arugal fuit Gilneas vers Ombrecroc. Anghralf, ce soir-là, était de garde, en qualité de milicien civil. Et il fut simplement emporté par le fuyard dont la folie commençait déjà à poindre.
Son utilisé fut assez vite évidente : il fallait des sujets d’expérience pour réussir le pont entre l’homme et le worgen, pour que les fils d’Arugal soient les plus parfaits possibles aux yeux de leur père. Il fut donc le fruit de plusieurs années d’expérimentations sur la métamorphose, dont le premier effet fut bien sûr de faire de lui un Worgen. C’est peut-être une des rares choses qu’a Mordgivre de différend : c’est qu’il était détruit et mort bien avant de rencontrer le Roi Liche ; un objet scientifique, un rat, guère mieux, qui tenait plus d’un animal battu et torturé que d’un réel être pensant.
L’un des « Jeu » d’Arugal fut, par exemple d’élucider le mystère de la perte d’un doigt lors du passage à la forme worgen, et l’une de ses expériences fut de voir si un worgen gardait un doigt supplémentaire si l’humain en avait un de plus. D’où une greffe de doigt partiellement délicate, laissant Mordgivre, sous forme humaine, avec six doigts à la main droite et une main mutilée. Peu de temps avant qu’Arugal ne décède, abattu, il alla trop loin, et tua Mordgivre, purement et simplement, au court d’une de ses expériences. Mais lorsqu’il fut « ramené » par le Roi Liche, le cadavre de Mordgivre fut au nombre des « petites affaires » qu’Arugal voulu faire emporter au Norfendre. L’ultime expérience d’Arugal fut de confier ce cadavre à Arthas pour voir ce que pouvaient donner ses « enfants » associés à la puissance de son nouveau maître : ainsi Anghralf fut-il totalement détruit au profit de Mordgivre.

Au service du Roi Liche, Mordgivre était subjugué et faisait sans question tout ce qu’on lui demandait. Déjà à l’époque, tuer était l’une des rares chose capable de le faire se sentir vivant, l’odeur du sang parlait à son instinct de prédateur conservé. Il est peu utile de s’attarder sur cette époque, les Chevaliers de la Mort partagent ce passé de carnage. Son éveil, en revanche, fut dû essentiellement à Chrollo, outre les évènements de la Chapelle de Lumière. Chrollo qu’il jugeait faible et dissipé, qu’il passait son temps à rappeler à l’ordre devint étrangement le premier vecteur de dissidence, et lorsque la trahison du Roi Liche fut mise en avant, Mordgivre était prêt à basculer du coté Lumineux de la Force.
Jusqu’à la chute d’Arthas, il mena la lutte avec une haine et une rage certaine. Après la chute de ce dernier, Mordgivre se mit à suivre Chrollo, sans chercher de but ou de quoi remplir une mort éternelle. Il le suivait, relevant les anathèmes et posant ses yeux et son mutisme sur ce que les voyages de son « ami » lui faisaient découvrir. Il a très vite retrouvé du poil de la bête et s’est représenté au service de de la Lame d’Ebène. Sa fonction de base est toujours la même, et aujourd’hui plus importante que jamais :
En l’absence de Roi Liche, le Fléau est une arme que personne ne tient, végétative mais pas inerte. Il convient de s’assurer qu’il ne pourra plus jamais mettre en périls le monde des vivants, et que personne ne viendra remplacer le Roi Liche et ses desseins. L’attention de Mordgivre est redoublée, se méfiant comme de la peste du contrôle mental exercé jadis par la Légion sur le Fléau, voulant prévenir tout possession de ce dernier au profil des Démons.*
Il arpente donc à ses heures le monde gelé du Norfendre entre deux « permissions » qu’il passe à chaperonner une paire de draenei excentriques ou à voir sa famille.

(* : je pars bien sûr du principe que cette mission est motivée par la méconnaissance du fait qu’Arthas a été remplacé par Fordragon)
avatar
Mordgivre l'Anathème

Messages : 1
Date d'inscription : 23/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum